Des viticulteurs de Blacé pourraient bientôt rejoindre le syndicat viticole de Salles-Arbuissonnas

Comme chaque année à l'occasion de la Saint-Vincent, le patron des vignerons, le syndicat viticole de Salles-Arbuissonnas a tenu son assemblée générale. Au menu : rapport moral et financier de l'année écoulée et perspectives d'avenir.

 

Le syndicat communal du village est un des derniers existants dans le Beaujolais, mais le nombre de viticulteurs sallésiens s'est considérablement réduit ces dernières années. Beaucoup sont aujourd'hui à la retraite et, sans nouvelles inscriptions, le syndicat voit ses jours comptés.

 

Sous l'impulsion de son président, Michel Dargaud, le syndicat viticole envisage d'accueillir, sils le souhaitent, des viticulteurs du village voisin de Blacé, qui lui, n'a plus de syndicat communal depuis plusieurs années.

 

Ce mercredi lors de la réunion, ils étaient ainsi plus d'une dizaine de Blacérois à avoir répondu à l'appel, venant ainsi grossir des rangs des participants, d'habitude peu nombreux.

 

Rien n'est encore acté, mais cette possible ouverture fait naître de nouvelles perspectives d'avenir pour le syndicat de Salles-Arbuissonnas. Une autre réunion, consacrée uniquement à ce projet, se tiendra dans les prochaines semaines. Pour Michel Dargaud, il n'y a pas d'alternative :

 

 

 

"Nous ne pourrons pas continuer longtemps ainsi, seuls. Nos moyens financiers sont de plus en plus limités, le montant que nous reverse la FNSEA baisse chaque année, et nous sommes de moins en moins nombreux au sein du syndicat. Accueillir de nouveaux membres, c'est aussi une

question de survie".

Nul ne sait encore combien de nouveaux viticulteurs choisiront d'adhérer, mais l'idée fait son chemin et semble rencontrer un vif enthousiasme, des deux côtés.

 

L'assemblée générale s'est poursuivie par le traditionnel concours des vins de Salles-Arbuissonnas, et par une soirée

chaleureuse, l'occasion d'échanger entre amis et de faire plus ample connaissance avec les potentiels futurs membres.


Écrire commentaire

Commentaires: 0